Storysphere

Histoires, nouvelles, spoil

Lundi 25 octobre 2010 à 0:49

Chers lecteurs, douces lectrices et surfers du forum. J'aimerai vous parler ce soir d'un fait qui me tient a cœur concernant le septième art. En effet je n'ai pu m'empêcher de m'apercevoir d'une chose incontournable présente dans tous les films d'action ou d'horreur qui ont eu l'honneur de croiser mon chemin: le dialogue post-mortuaire.

Effectivement voyez-vous, il en est de même pour moult films, les scènes dont les budgets favorisant les effets spéciaux et autres inutilités au détriment de la performance des dialogues nuisent à la crédibilité des personnages juste avant leur décès.

Je suis d'accord sur le fait que les réalisateurs aient rarement - voir jamais - vécu une situation similaire, donc ne puissent s'identifient a des personnages tel que le jeune acteur de "Sixième Sens", annonçant dans son lit de façon inopiné qu'il voit des gens morts. Si Bruce Willis débarque chez vous se faisant passer pour un psychologue, lui diriez-vous que vous avez une capacité a voir au delà de la mort au risque qu'il vous présente à l'hôpital psychiatrique le plus proche vous prenant pour un arriéré? Tout de même, un peu de cohérence dans le scénario ne ferait de mal à personne, surtout dans des moments aussi importants. Je pense que si l'on a des problèmes existentiels, il existe de meilleurs situations que les quelques seconde qui précèdent notre mort. De plus, J'ai remarqué que ce sujet à déjà été abordé et parodié dans plusieurs films tel que "The Mask", lorsque Jim Carrey se sent partir pour le pays des 70 vierges ( c'est seulement pour les Musulmans? MERDE ! ), il se met alors a parler de sa famille, de Scarlette et de fêtes catholiques en tout genre.

Ensuite, j'ai aussi remarqué dans d'autres œuvres la demande de vengeance elle aussi post-mortuaire. Je suis d'accord que cela peut être un geste héroïque de demander à un quelconque intime protagoniste de venger la mort d'un père, d'une mère, d'un héros ou d'un maitre, cela dit, ces personnes connaissent-elles réellement l'importance de leur demande?
Il faut avouer que c'est une lourde responsabilité que de devoir venger la mort de quelqu'un au risque de devoir se confronter subitement à la sienne. Sans compter le fait, que la personne à qui l'ont doit ôter la vie peut aussi demander à se venger à son tour. Voila que nous nous trouvons devant un phénomène de cercle vicieux interminable, impliquant de jeunes gens n'ayant pur la plus part rien demandé. Diantre, quelle atrocité !

Mon intérêt porte alors ce soir sur une question précise: pourquoi est-ce que les personnages proche de leur mort se sentent obligé de faire des confidences personnelles, forcément inutiles, et/ou poser des question existentielles inintéressantes dans les films?

Par Lily-white.aptitude le Vendredi 5 novembre 2010 à 20:13
Je pense que la réelle question est...
Aurais-tu quelque chose à dire sur ton lit de mort ? Si tu savais que tu étais en train de prendre parmi tes dernières bouffées d'air, y a-t-il quelque chose que tu aimerais dire, confier, aux dernières oreilles susceptibles d'entendre ta voix ?

Je demande cela, car je pense qu'on doit garder à l'esprit que les films recèlent de personnages fictifs, surtout dans ceux que tu as cités. Il y a un côté théâtral aux confessions psychologiquement existentielles d'un personnage agonisant. Alors, pourquoi les scénaristes s'en priveraient-ils, après tout ?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://storysphere.cowblog.fr/trackback/3051926

 

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast